Peut-on classer le vivant ? Linné et la systématique aujourd’hui

mardi 1er décembre 2009
par  Raymond Ramousse
popularité : 22%


« Actes du Colloque de Dijon - 31 janvier au 3 février 2007, 438 p. »

publiés sous la direction de Daniel Prat, Aline Raynal-Roques, Albert Roguenant et

sous l’égide de France Orchidées et de la Société linnéenne de Lyon

Editeur : BELIN

RéférencePrix linnéenPrix non linnéenPromotion
40 euros45 euros
Se renseigner auprès du secrétariat, le mardi de 8h à 12h et de 13h à 17h et le vendredi de 8h à 12h) ou par courriel, pour connaître les frais de port et d’emballage en sus pour la France et l’étranger.

À l’occasion du 300 ème anniversaire de la naissance, en Suède, de Carl von Linné, France Orchidées, association loi de 1901, a organisé un colloque portant sur deux thèmes majeurs : la systématique, la nomenclature.

Nommer, et classer en hiérarchie les objets d’étude, vivants et inanimés, en suivant des règles universelles. Linné y a consacré beaucoup d’efforts. Parmi ses contemporains, certains l’ont critiqué, beaucoup l’ont suivi et on fait évoluer ses principes. La classification est l’outil incontournable de la communication universelle. Elle doit, aujourd’hui, prendre en compte les avancées scientifiques, et s’adapter. En rappelant l’historique de cette science, nous montrons les acquis, les difficultés, et rappelons qu’elle s’applique à tous les objets d’étude concrets ; c’est la raison de l’approche transversale qui a été privilégiée, elle va de la botanique à la zoologie, des maladies mentales aux chiens, des ammonites aux céréales et à la vigne. Cette science fondamentale, complexe, effacée de nos jours par l’éclat des techniques nouvelles, doit revenir au premier plan de l’enseignement supérieur, dans toutes les disciplines d’étude du vivant. Un panel de scientifiques éminents de toutes disciplines est intervenu à ce colloque.

Daniel Prat

Albert Roguenant

Aline Raynal-Roques

SOMMAIRE

Conférence inaugurale

Jonsell B. Les principes linnéens et leur devenir face à l’évolution moderne de la systématique des plantes.

Des précurseurs à Linné

Drouin J.-M. Tournefort (1656-1708) : un botaniste cartésien ?

Duris P. Les débats autour de la taxinomie linnéenne en France au XVIIIe siècle.

Génermont J. Du système de Linné à la systématique cladistique, la multiplicité des concepts d’espèce et les problèmes posés par leur mise en œuvre.

Hoquet Th. Linné et les systèmes : un commentaire de Fondements botaniques, section II (1736). 
Nommer et classer

Selosse Ph. Les concepts de genre et d’espèce à travers l’évolution du modèle logique de la définition, de l’Antiquité à Linné.

Perru O. Symbiose et classification chez les insectes, l’école de Buchner (1886-1978).

Lherminier Ph. Une sseule classification ou des classifications différentes et disjointes pour chaque règne ?

Foncin J.-F. Réflexions à partir de l’importance de la notion de cause dans la classification des « maladies ».

Raynal-Roques A. Nommer et classer les plantes : un parcours de trois siècles.

Grenand F. Nommer son univers : pourquoi ? Comment ? Exemples parmi des sociétés amazoniennes.

Regards contemporains

Lherminier Ph. Du genre.

Dubois A. Handicap taxinomique et crise de la biodiversité : un nouveau paradigme pour la biologie au XXIe siècle.

Espèce, évolution, diversité

Lherminier Ph. Les différentes conceptions récentes de l’espèce : la notion d’espèce est-elle indispensable ?

Dubois A. Drôles d’espèce. Hybridation, perturbations de la méiose et spéciation dans le règne animal : quelques points délicats de terminologie, d’éidonomie et de nomenclature.

Marchand D. et Dommergues J.-L. L’approche paléontologique des concepts biologiques de l’espèce : défi pour l’étude de la paléobiodiversité. L’exemple des ammonites jurassiques.

Tixier M.-S., Kreiter S., Barbar Z. & Cheval B. Les difficultés et les solutions pour l’identification des espèces de Phytoseiidae (Acari) d’intérêt agronomique.

Selosse Ph. Que sont devenus animaux, végétaux et champignons ?

Prat D., Martel E. & Piola F. La taxinomie à la lumière de l’évolution des plantes supérieures.

Kjellberg F. Coévolution et spéciation : le cas des chalcidiens associés aux figues.

La domestication

Courreau J.-F. La classification des races canines actuelles : des premiers essais français à la classification internationale actuelle.

Remigereau M.-S. Génétique de la domestication des céréales : une base pour la classification et un enjeu pour la valorisation des ressources génétiques.

Koenig J. Quelques exemples de la diversité du blé tendre (Triticum aestivumL.).

Bessis R. Vitis vinifera L., ses variétés et leur évolution intravariétale. Nomenclature et domestication.

Cadic A. Transgresser la barrière des espèces pour améliorer les végétaux d’ornements. 

Mise en œuvre de la sytématique et de la nomenclature

Barale G., Guignard G. & Thiébaut. Les herbiers et leurs intérêts comme banque de référentiels : l’exemple des herbiers de l’université Lyon 1.

Fourgeron A. Comment appliquer la systématique dans les muséums d’histoire naturelle ?

Rousseau D. Comment appliquer la systématique dans un jardin botanique ? 

Codes et méthodes

Dubois A. Le Code international de nomenclature zoologique : présentation, philosophie, règles majeures, problèmes actuels.

Malécot V. La nomenclature botanique : Les Codes internationaux de nomenclature botanique et horticole.

Laurin M. Le PhyloCode.

Valois J.-P. Éclairage sur l’analyse des données.