Flore lyonnaise

jeudi 22 avril 2004
par  Raymond Ramousse
popularité : 19%

NETIEN G. 1993. Flore lyonnaise. 1 vol. broché, 69 623 pp., 1 carte.

AVANT-PROPOS

Le dernier ouvrage sur la flore lyonnaise date de 1889 et fut réimprimé en 1897. Il a pour titre « Flore descriptive du bassin moyen du Rhône et de la Loire » et a été rédigé par l’abbé A. Cariot et le Dr J.B. Saint Lager.

 

Il comportait, au point de vue géographique, la région Rhône-Alpes avec en plus le département des Hautes-Alpes.

Cette flore était composée de 3 volumes : le premier avec clés et vocabulaire, le second l’inventaire floristique de 3075 taxons, enfin le troisième une flore horticole.

 

L’ouvrage fut, pendant plusieurs décennies, le seul document pour l’étude de la distribution des espèces de notre région.

 

Au cours de la première moitié du e">XXe siècle vers 1945, les botanistes locaux, la plupart appartenant à la Société Linnéenne de Lyon, envisagèrent sous la direction de Marcel Coquillat, une mise à jour de cette flore.

 

Le document dactylographié, resté manuscrit, comporte quatre volumes, 1351 pages avec 3955 espèces non compris les ptéridophytes et a pour titre « Catalogue de la flore ligero-rhodanienne, additions et modifications à la flore de A. Cariot et du Dr J.B. Saint Lager.

 

Ce document est daté de 1965, il comprend, en plus de la région Rhône-Alpes, la Saône-et-Loire.

 

Cette flore a été annotée et complétée par le botaniste grenoblois Maurice Breistroffer.

 

Depuis cette époque, différents problèmes sont apparus en ce qui concerne la nomenclature, les limites départementales et le fait que de nombreux secteurs géographiques qui constituaient des territoires d’herborisation, en particulier ceux qui intéressaient l’environnement de la métropole lyonnaise se sont très largement modifiés.

 

En voulant conserver le titre de »Flore lyonnaise« qui était celui de la première flore publiée en 1827 par J.B. Balbis nous avons volontairement réduit les limites de la dition.

Ce sont les grandes unités géographiques déjà signalées dans l’œuvre du botaniste A. Magnin intitulée »La végétation de la région lyonnaise« qui constituent l’objet de notre étude, avec en totalité le département du Rhône et, sur son pourtour, les franges des départements de la Drôme de 1’Ardèche, de l’Ain, de l’Isère et de la Loire.

 

Le présent travail s’intéresse à la »Flore descriptive" du Tome II de la flore de l’abbé A. Cariot et du Dr J.B. St Lager et aux indications du manuscrit de M. Coquillat ; les localisations sont traitées par unités géomorphologiques et non par département, les descriptions sont réduites en fonction de la dimension du volume. Les clés et le vocabulaire qui constituaient le Tome 1 des deux premiers auteurs sont à reprendre ultérieurement dans un supplément.

 

L’ouvrage concerne plus particulièrement l’inventaire floristique de cette dernière décennie (1980-1990). Il ne pouvait se réaliser sans la collaboration des botanistes locaux, dont la liste est donnée par ailleurs.

 

Je dois exprimer tout sp6cialement mes remerciements à Messieurs Gilles DUTARTRE, Luc GARRAUD et au Docteur Vétérinaire Jean-Marc TISON qui ont contribue de manière décisive la réalisation de cet ouvrage en nous apportant leurs vastes connaissances floristiques de la dition.

 

La protection floristique de cette dition lyonnaise reste un impératif majeur, plusieurs taxons sont menacés de disparition et de nombreux biotopes sont à protéger.

 

Nous devons reconnaître que, dans notre région, les associations d’écologistes ont fait un excellent travail.

Il en est de même du Ministère de l’environnement et du Conservatoire régional du patrimoine naturel Rhône-Alpes : des listes des espèces à protéger ont été publiées et des arrêtés de biotope ont été pris. Formulons l’espoir que ce livre apporte quelques informations complémentaires.

 

Cet ouvrage n’aurait pu paraître sans le concours de Madame Claire LACHARME qui en a assumé la dactylographie et la mise en page, et sans Monsieur Joël REYNAUD, Maître de Conférences à la Faculté de Pharmacie, qui m’a conseillé et aidé pour la rédaction et qui s’est également occupé de la mise en forme du texte et des corrections.

 

La Société Linnéenne de Lyon s’est chargée de l’impression et de la diffusion.

 

A tous ceux qui ont contribué à la parution de ce livre j’adresse mes sincères remerciements.

 

GEORGES NéTIEN 1992