Latreille, fondateur de l’entomologie française, a été sauvé de la déportation par un médecin, un avocat et un coléoptère.

mardi 11 octobre 2016
par  Marie-José Turquin
popularité : 16%

JPEG - 64.4 ko
Bâtard du baron d’Espagnac, Pierre-André Latreille a été abandonné par sa mère devant une église de Brive. Il a fondé la Société entomologique de France. © Photo ILLUSTRATION GAUTHIER DEVILDER

En décembre 1794, 1 600 curés sont enfermés depuis plus de six mois dans les huit prisons de Bordeaux, dont les deux tiers au fort du Hâ. Ceux-là ont refusé de prêter serment à la nouvelle constitution, de faire allégeance au pouvoir plutôt qu’à l’Église. Ils ont aussi raté le coche du départ volontaire.

À Bordeaux, Blaye et au fort Paté, ont-ils vraiment plus de chance que les détenus de Rochefort, entassés sur des pontons ? Tous ces curés ont traversé la France sur des charrettes et sous les huées de la populace, pour les prisons des ports. Il y a de la déportation dans lair. Justement, on affrète des navires. Trop de paille fétide, de crasse, de maladies que le vinaigre peine à tuer. Les curés réfractaires iront en Guyane. Les navires connaissent la route et n’ont plus desclaves à transporter.

Des bestioles dans les murs

Au Hâ, les prisonniers s’entassent dans les anciennes écuries. Ça pue le crottin et les latrines. Dargelas, le médecin, se pince les narines. Et repère Latreille, une drôle de soutane, qui préfère aux lamentations l’inlassable observation d’un curieux insecte. « Rare, affirme-t-il, et pas encore déterminé. »

Or Dargelas est aussi naturaliste et féru d’entomologie, bien que pas encore aussi calé que quelques années plus tard. C’est qu’il deviendra directeur des Jardins de Bordeaux et cofondateur de la Société linnéenne de Bordeaux avec Laterrade.

Dargelas envoie le petit coléoptère bleu enfermé au creux dun bouchon de liège à son jeune ami Bory de Saint-Vincent, connaisseur des bestioles à six pattes, qui confirme la nouveauté du spécimen. Il veut connaître l’inventeur de la chose, et surtout, les observations déjà faites. Remue ciel, terre et jurisconsultes. Trouve bonne oreille auprès de Martignac, habile plaideur et membre éminent du barreau de Bordeaux.

Las, quand le médecin revient vers l’abbé Latreille, celui-ci a déjà embarqué sur le navire en partance pour la Guyane. Mais « Le Continent » est au port. Le médecin se fait transporter à bord, récupère son protégé, le ramène au logis de Bory de Saint-Vincent. Bonheur, car le navire va naufrager au large de Cordouan le 28 décembre, sans laisser d’autres rescapés que quelques marins. Et de toute façon, les curés déportés sont quasiment tous morts.

Latreille, « prince des entomologistes » et véritable fondateur de cette discipline, va avoir une superbe carrière de savant, et rendra toujours hommage à ses bienfaiteurs, et à sa nécrobie Necrobia ruficollis, qui figure sur son épitaphe, au Père Lachaise.

« Histoire naturelle, générale et particulière des crustacés et des insectes » Pierre-André Latreille. « La Science naturelle » du 4 juillet 1881.